• Ca va mieux...mais...

    L'automne a été difficille. Plusieurs visites chez le médecin. Il a réussi à rééquilibrer sa médication. Les troubles cognitifs ont diminués de beaucoup. Mais elle a toujours mal et est remplie d'angoisse. Une boule au creux de l'estomac. Ma vie plate et platonique continue. Voici qu'hier elle me dit qu'une femme l'a appellé 2 ou 3 fois pour lui dire que j'avais une liaison non-appropriée avec VSQ. Et me voilà plongé dans les réponses à donner à l'inquisition. Je n'ai pas de liaison inappropriée avec VSQ. Si jamais j'ai une relation inappropriée ce sera avec quelqu'un d'autre que VSQ. Mais je me sens encore plus enchainé à devenir comme ma femme, immobile et encabanné dans la maison. J'étouffe. J'ai la rage de rire, de vivre, d'aimer en riant, de flirter, de froler, de toucher, de caresser. Je bouille intérieurement de frustations. J'avale, je raisonne, j'émotivo-rationnalise. Je vis avec mon sabot de Denver à la patte. Mais, je suis un lâche. Je n'ai pas le courage de lui dire que j'aimerais vivre seul dans mon appartement. Elle ne peut vivre seule, ce serait dangereux. Maudit Parkinson.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :